Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Ricard Immobilier, Agence immobilière PANTIN 93500

L'actualité de CENTURY 21 Ricard Immobilier

Nos rues on une histoire : l’avenue Jean Lolive à Pantin (93500)

Publiée le 11/03/2017

Au kilomètre 0 de la RN3.

L’avenue Jean Lolive prend son origine au boulevard Sérurier, à la porte de Paris et se prolonge sur 2,4 km jusqu’au sortir de Pantin pour entrer dans Romainville où elle devient la rue de Paris. Établie sur le tracé de la route nationale 3 dont elle marque le kilomètre 0, elle traverse sur toute sa largeur le sud de la commune. Dénommée Grande rue au XVIIIe siècle puis rue de Paris au siècle suivant, elle reprend un tronçon de la route impériale 4 connue sous l’appellation route d’Allemagne, un axe militaire stratégique depuis toujours.

 

Un politique attentif au quotidien de ses élus.

Né en 1910 à Brignais (Rhône), Jean Lolive était un ouvrier cimentier, membre du parti communiste. Résistant, il fut déporté à Mauthausen, en Allemagne mais put en revenir. Conseiller municipal en 1947, adjoint au maire en 1953 et conseiller général de la Seine, il fut élu député puis maire de Pantin en 1959. Spécialiste des questions de logement, il proposa notamment une loi pour surseoir aux expulsions des plus faibles mais se fit également le défenseur des chauffeurs de taxi... Farouche opposant au général de Gaulle, il en rejeta tous les projets de loi mais approuva toutes les motions de censure. Il resta maire de Pantin jusqu’à sa mort, en 1968, et y fut enterré. 

Le saviez-vous ?

Ville étape sur la route d’Allemagne, l’actuelle avenue Jean Lolive comptait d’innombrables relais routiers et auberges et accueillit dès le XVIIIe siècle les maisons de villégiature des notables parisiens à la recherche de calme, de verdure et de bon air…

En 1860, Pantin se retrouva soudainement aux portes de Paris sans avoir déplacé ses frontières puisque la capitale avait annexé les villages qui les séparaient, en l’occurrence La Villette et Belleville.

 

Les chiffres de l’immobilier* -  Quartier de l’avenue Jean Lolive à Pantin (93500)

Logements sociaux : 48 %

Propriétaires : 22 %

Logements vacants : 5 %

Logements inférieurs à 40 m² : 31 %

Age moyen de la population : 40 ans

Enfants/adolescents : 23 %

Retraités : 19 % Cadres : 48 %

 

Source : kelquartier.com

 

Notre actualité